No one is innocent

 

 

1994, nous fêtons les 50 ans de la libération de Paris, Nelson Mandela est élu président de la république, pourtant la politique et le climat hexagonal font froid dans le dos, No One Is Innocent, eux, chantent La Peau la rage au ventre… Ils ont 20 ans, des rêves d’ados, et sous leurs airs un peu branleurs, ils revendiquent haut et fort leur Utopia.

En 2015, on ne fête pas grand chose. La crise met le monde à genoux, les extrémistes rêvent de devenir rois, et le monde de la musique déboussolé, a du mal à rester engagé. Pourtant, No One Is Innocent décide de repartir sur la route avec un sixième album. Ils reviennent avec Propaganda, un album ADN, guitares en avant et textes enragés, retour aux sources de la colère.

Aujourd’hui, quand Kemar évoque les raisons qui l’ont poussé à monter No One Is Innocent, à savoir «En avoir assez de cette daube qui passe à la radio ou à la télé, des produits musiques frelatés qu’on nous vend comme du frais», on comprend l’envie et le succès d’un groupe épidermique qui a su trouver sa place au sein des plus grands du live. No One a tracé sa route, ses membres se sont jetés dans l’arène, comme s’ils jouaient leur vie à chaque concert, comme si c’était le dernier.

En 2015, No One nous revient au plus proche de ce qui a fait ses lettres de noblesse : l’énergie et la force de leurs prestations scéniques, des chansons et des riffs furieux, des textes lourds de sens, et jamais innocents. Propaganda arrive aujourd’hui à un moment crucial de la carrière du groupe, célébrant 20 ans de combat rock.

Loin des discours désabusés et du grand vide sonique qui hantent les charts, No One Is Innocent a su retrouver dans la formule magique de ses débuts une pertinence décuplée par la tension des thèmes abordés sur tout l’album. Avec Emmanuel de Arriba, son co-auteur des débuts, Kemar sait une nouvelle fois s’enflammer et griffer les points sensibles de notre société.

Toujours à l’écoute d’une génération sous influence, indécise et ballottée, il lui dédie Kids are on the Run ou lui rappelle les risques de la tentation du pire sur Putain si ça revient. Fidèle à sa vision de la tolérance, à sa perception de la débâcle politique, il nous livre sa version de la désillusion sur Silencio, nous lâche sa rage sur Dijhad Propaganda ou encore l’émouvant et écorché Charlie, lettre ouverte à la barbarie.

Viscéral et organique, Propaganda mêle l’âme et la sueur. Du bruit dans l’hexagone sur leurs 20 ans au front, du superbe Massoud dédié au Lion du Pandjchir, en passant par un Drones au groove entêtant ou au blues futuriste de Scottsboro écrit par Shanka, No One Is Innocent impose sa différence. 

Enregistré et réalisé par Fred Duquesne pour retrouver l’urgence et l’instinct de groupe, Propaganda est un torrent de rythmiques cinglantes, de grooves électriques et d’hymnes rock implacables.

 

À ceux que la poésie brutale du rock touche encore…

 

PROPAGANDA TOUR 2015

Après être entré dans la cour des grands du rock en 94 avec leur premier album et son single, « La Peau » qui marquera au fer rouge la génération électrique des 90ʼs, No One persiste et signe dans lʼénergie et la surprise avec « Utopia » en 97. Dʼune force et dʼune énergie live des plus rares, No One est présent sur toutes les routes dʼEurope, on les croise aussi au Chili, en Argentine ou sur les festivals américains comme le South By South West.

Avec la sortie en 2004 de « Revolution.com » puis de « Gazoline » en 2007, la machine semble atteindre une vitesse de croisière jamais dérangée par la routine, que leurs penchants soient rock, electro, blues, suaves ou déchirés, No One Is Innocent laisse une trainée de poudre partout derrière lui. Pour preuve le DVD coup de poing « Siempre De Suerte » qui au delà de ravir les fans de toutes les périodes impose le groupe comme la référence du rock enragé sur lʼhexagone.

Toujours à lʼécoute de son époque, des bruits de la rue et des sonorités nouvelles, No One sʼengage une nouvelle fois en 2011 sur des sentiers interdits, faisant de la place aux grooves électroniques avec un « Drugstore » survolté, un album quʼil défendront une nouvelle fois sur scène avec une force incroyable.

Après avoir suivi la tournée Française de Motorhead en 2012 , No One reprend son souffle pour se concentrer sur un nouvel album.

Réalisé par Fred Duquesne, "Propaganda" sort en juin 2015 et sʼannonce déjà comme une des plus belles salves du combo. Un retour aux sources sonores, gonflé à bloc par le besoin de hurler et dʼen découdre avec la morosité ambiante.

"Propaganda" est décrit par la critique comme la grande claque rock de l'année. Juste avant la sortie de "Propaganda", le groupe se retrouve pour 2 soirs sur la scène du stade de France avec AC/DC. Retour sur les routes françaises annoncé en septembre 2015.

Tous ceux qui ont pu les voir sur scène le savent, les No One restent un phénomène live et leur réputation scénique n'est plus à faire, chaque concert se joue comme si c'était le dernier.

 

 

Chant / Kemar
Guitare / Shanka
Bass / Thunder B
Guitare / Popy
Batterie / Gael